Flux RSS  fb   Facebook  Twitter Logo White On Bluev3  Twitter
Accueil > Tourisme > Découvrir > Les lieux à visiter

Les lieux à visiter

 

Le Piton 

Mairie Patrimoine Piton Cabriès est un « castrum » médiéval entouré de remparts. Il est construit sur un mamelon rocheux. Le village primitif est dominé par son château, forteresse du XIIème siècle, et par son église de style roman provençal, incorporée dans le rempart et creusée dans la roche. Une porte clocher-tour permet de pénétrer dans le noyau médiéval aux rues étroites. On peut encore y voir le four à pain banal du village, la Chapelle Saint Michel, dite Notre Dame des Sept Douleurs construite en 1604 et attribuée aux Pénitents Blancs, des maisons fortes à voûtements et des vestiges du rempart.
La place de la Mairie est récente, où coule la Fontaine Saint Roch, du nom d'une chapelle disparue. Cette place servit de décor à plusieurs productions cinématographiques dont la vedette était l'acteur Fernandel.
Le panorama, du haut du Piton, est splendide. La vue court jusqu'au Ventoux.

 Le Four Banal

Ce four à pain médiéval est situé rue du Barri (rue du Rempart, en provençal) près de la Porte du village, entre le Château et l'Eglise. On le trouve au rez-de-chaussée d'une maison étroite et haute, dans une pièce pourvue d'un arc brisé. Il possède une vaste chambre de chauffe. On l'appelle « four banal ». Tous les habitants de Cabriès étaient tenus de venir cuire leur pain moyennant redevance au seigneur. Le four de Cabriès est resté en activité jusqu'à la fin du XIXème siècle. Cet intéressant vestige historique mériterait une belle mise en valeur. La porte du four est visible au musée.

Le sentier du Vieux Moulin

Ce sentier est un agréable parcours de découverte créé dans la colline, qui passe devant le vieux moulin et conduit à un belvédère remarquable dominant le vieux village sur son piton. Le chemin mène aussi à un vallon où subsistent les ruines de la « Maison du meunier ».
Le moulin à vent de forme circulaire construit en petits moellons date du Second Empire et possédait encore ses ailes au début du XXème siècle. Des fragments de meules en pierre calcaire sont éparpillés autour de la bâtisse.

La cave coopérative

Fondée en 1924, l'association regroupait 230 vignerons du terroir et produisait 7000 hectolitres de vin rouge et rosé.
La cave est un grand édifice rectangulaire à toiture à double pente situé au pied du Piton. Il est pourvu d'un quai de chargement avec auvent en façade ornée de l'inscription COOPERATIVE VINICOLE. On retrouve ce type d'architecture dans la plupart des villages du Midi viticole.
La cave coopérative cessa son activité en 1987 lorsque la viticulture à Cabriès succomba à l'exigence de qualité, aux services d'irrigation du Canal de Provence, à l'attrait des primes à l'arrachage et à l'explosion de l'urbanisation.

Les lavoirs  

Lavoir De nombreux lavoirs existaient dans la commune mais seuls trois lavoirs publics datant du XIXème permettaient la « bugade » professionnelle ou familiale.
Le lavoir de Fontaube (1853) était alimenté par l'excellente source de la famille Aube. Il a été mutilé en 1990.
Le lavoir du Portail Martin (1894), à mi-pente du Piton, était alimenté par une pompe éolienne située au Bosquet.
Le Lavoir de Fontrouge (1895) à Calas était alimenté par la source éponyme et par une conduite en fonte venant du Bassin de Réaltor.
Ce dernier lavoir, ruiné en 1990, est actuellement en cours de restauration grâce à une souscription et à son inscription au catalogue de la Fondation du Patrimoine.

Lou Barquieu

Barquieu Le Barquiou est un bassin édifié au XIXème siècle par la famille de Villeneuve pour irriguer jardins et terres cultivées du domaine de Calas et pour abreuver les troupeaux et les animaux de trait.
Ce beau réservoir rectangulaire en pierre est alimenté par la source de Fontrouge. Il est entouré de platanes. Il a été restauré en 2001.

Le Réaltor

Le nom de ce bassin vient du provençal « Riou tort » le ruisseau tortueux. Le barrage qui le crée a été édifié entre 1865 et 1869 pour décanter les eaux du Canal de Marseille, venues de la Durance.
Le barrage est posé en travers du vallon de Baume Baragne. Il mesure 500 m de long et crée une retenue d'une superficie de 70 hectares. Il contenait plus de quatre millions de mètres cubes d'eau potable qui est encore actuellement destinée à l'alimentation des habitants de la Ville de Marseille.
Le bassin est actuellement très envasé et constitue un lieu essentiel pour l'avifaune provençale et européenne. Il est protégé. Mais le paysage lacustre est menacé par le projet d'aménagement de la RD9, voie à forte circulation, par comblement des anses de la rive sud.

Les Bastides

On compte actuellement une vingtaine de bastides conservées sur le territoire communal de Cabriès-Calas. Les fermes et bastides étaient au nombre d'une cinquantaine au milieu du XIXème siècle. Certaines de ces bastides ou fermes se sont perpétuées sur les emplacements des domaines romains, comme Saint Pierre au Pin, le Clos des Prieurs, la Guérine, le Bouscaut. D'autres apparurent au XVIIème siècle : la Milane, Saint Amant, Reboulon, le Petit Jardin, Bastide Blanche. Ces établissements ruraux appartenaient à des citadins fortunés enrichis par le négoce, le trafic maritime, la judicature, les offices et constituaient un placement avantageux et parfois le prétexte d'un ennoblissement (ainsi Balthazar Dauphin devint seigneur de Trébillane).